L'antre du Yéti

Forum philosophique (et survivaliste) PRIVÉ mais accessible à ceux qui ont les pieds sur Terre et la tête dans les nuages.
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Derniers sujets
» AMÉLIORATION DU FORUM
Sam 16 Sep - 17:40 par Arminius von Teutoburg

» Trabus & Arminius Modos
Ven 15 Sep - 6:18 par Le Yéti

» FORMES ET TYPES DE COUTEAUX
Mar 12 Sep - 13:56 par Arminius von Teutoburg

» LE COUTEAU
Lun 11 Sep - 17:02 par Arminius von Teutoburg

» INDEX ALPHABÉTIQUE
Mar 5 Sep - 5:47 par Le Yéti

» LA SERPE
Sam 2 Sep - 17:50 par Arminius von Teutoburg

» LE CISEAU À BOIS
Sam 2 Sep - 17:43 par Arminius von Teutoburg

» HUMOUR
Lun 28 Aoû - 16:03 par Trabus

» Choix PERSONNEL d'un calibre.
Ven 18 Aoû - 13:46 par Arminius von Teutoburg

» État technique du forum.
Ven 18 Aoû - 12:45 par Arminius von Teutoburg

» Hache : Husqvarna ou Wetterlings ?
Ven 12 Aoû - 8:37 par Arminius von Teutoburg

» Les différentes armes que j'ai testées
Lun 11 Juil - 18:05 par Trabus

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 9 le Sam 14 Fév - 20:24

Partagez | 
 

 Géométrie couteaux et lames.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Yéti
Admin
avatar

Messages : 490
Date d'inscription : 07/12/2014
Age : 45
Localisation : Bordeaux.

MessageSujet: Géométrie couteaux et lames.   Mer 15 Avr - 8:41

Préambule morphologique.

Caractéristique des primates, le pouce, qui est de loin le doigt le plus musclé, permet la préhension en venant s'opposer à la paume de la main e non aux autres doigts.

Son "homologue" parmi les autres doigts est le majeur. il assure plus de 50% de la prise de par sa puissance et surtout sa position centrale.
Il est secondé par l'annulaire qui permet une prise équilibré (deuxième point de force) ainsi bien sûr qu'un apport de force.

L'index -étymologiquement "celui qui montre"- quant à lui sert principalement à guider le mouvement en conjonction avec l'auriculaire qui n'a aucune force car il est avant tout un palpeur (l'index également mais dan sune bien moindre mesure).

La paume enfin est "l'enclume" qui sert de base à tous ces "outils" spécialisés. C'est donc elle qui va devoir "contrer" toute la force que nous déployons lorsque nous serrons un objet.


2 détails rigolos.
Toutes les formes présentes dans la nature sont présentes sur le corps humain.
Et la main est capable d'épouser toutes les formes et reliefs à la surface du corps humain, ce qui en dit long sur ses capacités d'adaptations au formes et volumes.
(Et non il n'y a aucune allusion !)




Anatomie d'un couteau :
 
Haut & Bas ...
Couteau : Bas = tranchant, haut = dos.
Main : Main = côté pouce, bas = côté auriculaire.


Géométrie globale du couteau.

RAPPEL : n'oubliez pas qu'il y a 40 000parties sur un schlass et que chacune aura une influence plus ou moins prononcée ce qui permet certaines compensations de défauts ou de comportements (tant du couteaux que de sont utilisateur).

NB : et tout comme notre conduite au volant n'est plus forcément académique, avec l'habitude et la maitrise, certains "trucs à ne pas faire" ou "défauts" vont au contraire des moyens et des solutions.


Il y a deux axes sur un couteau ; grosso modo celui du manche et celui de la lame.
La ligne directrice d'un couteau désigne l'axe de son manche lorsqu'il est correctement tenu en main.

Le dileme du couteau est l'opposition entre sa puissance et sa maniabilité (facilité de contrôle et précision du mouvement).

Les trois géométrie globales de base :
- Lame droite. Typiquement un couteau est tout droit, rectiligne. L'axe de sa lame est donc confondu avec sa ligne directrice.
C'est la ligne la plus équilibrée et polyvalente et celle qui convient à une frappe d'estoc. Hormis quelques exceptions d'usage particulier, c'est le cas de toutes les lances et pointes de flèche.
- Lame basculée ou cassée en avant ; comme sur les Kukri.
Cela concentre le mouvement de coupe ; il est plus court mais plus puissant. Idéal pour la frappe ; également utiliser pour planter -ou que la pointe agrippe) dans les mouvement circuaires.
Spoiler:
 
- Lame courbée en arrière comme sur les cimeterres.
Ce la étire au contraire le mouvement de coupe ; l'allonge mais fait perdre de la puissance. Idéal pour les couteau à filet ou à trancher.
Spoiler:
 

Les variantes.
L'axe de la lame peut aussi être parallèle à l'axe directeur du couteau mais décalé :
- vers le bas (tranchant) : plus de puissance et stabilise* la lame lorsqu'elle est au contact de la matière.
- vers le haut (dos) = plus de réactivité et de manœuvrabilité*.
* Dans les deux cas, plus ce "porte à faux" serra important et plsu le couteau serra difficile à maitriser.


"Le plus difficile n'est pas de savoir mais d'accepter." Moi.


Dernière édition par Le Yéti le Mer 15 Avr - 14:05, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://antre-yeti.forumactif.org
Le Yéti
Admin
avatar

Messages : 490
Date d'inscription : 07/12/2014
Age : 45
Localisation : Bordeaux.

MessageSujet: Re: Géométrie couteaux et lames.   Mer 15 Avr - 13:27

Géométrie de lame.

Les zones de coupes (en partant de la garde) :
- les 2-3 1ers cm doivent être parfaitement affutées car c'est la zone tranchante par excellence du couteau ; à la fois la plus forte et la mieux contrôlée. Elle sert pour les coupes fines, de précisions ou au contraire les coupes fortes mais sur des matériaux tendre (ex, une corde).
- le milieu de la lame est le zone de coupe principale qui sert pour les grands travaux ou les travaux de taille "à la serpe" tels que l'ébranchage ou la taille d'un bâton.
- L'arrondi avant la pointe sert aux grandes découpes à plat(ex: découper des lanières dans une peau) ou aux coupes nettes lors de frappes à la volée (car le débattement et l'angle y sont optimaux). Selon l'usage privilégié il faudra ajuster l'angle d'affutage.
- La petite longueur entre cette courbe et la pointe sert également aux découpes à plat mais généralement plus nettes ou précises et plus courtes (typiquement un steack)
- Le dernier cm (voir moins) juste avant le tranchant doit aussi être parfaitement affuté car il sert pour les coupes fines de précision tels que de la sculpture. C'est également cette zone qui vient immédiatement prendre le relais de la pointe lorsque la lame entre dans de la matière. Si elle est mal affutée, il faudra fournir plus d'effort et le contrôle du couteau en sera plus difficile.

NB 1 : une lame peut donc avoir plusieurs angles d'affutages selon ces zones !

NB 2 : ces zones sont théoriques et dépendent aussi de la forme et de la longueur du tranchant (ainsi que des habitudes de chacun).


Courbe du tranchant.

Plus un couteau "bascule" vers l'avant (tranchant), plus il gagne en puissance.

Un tranchant rectiligne est polyvalent mais demandera plus d'effort.
Un tranchant courbe en arrière suit le mouvement naturel d'une coupe qu'il facilite et allonge.
Un tranchant courbé vers l'arrière devance le mouvement de coupe et sert surtout à agripper la matière (griffe) ou au contraire à la piéger en la forçant à suivre le mouvement de coupe (Faux).


Le contre-tranchant (faux tranchant).

Droit (style lance), il est parfait pour planter (force et stabilité, surtout s'il est bien dans l'axe du couteau.
Plongeant ou tombant (typé utilitaire), il permettra aussi de planter mais moins efficacement. En revanche il dégage ou guide la lame et est donc ainsi adapté aux travaux de précision et au dépeçage.
Incurvé (typée combat), il sert pour les frappes d'estoc en remontant et augmente les dommages infligés. Il laisse également une pointe fine et bien dégagée qui peut s'avérer pratique pour les travaux de précision.


Profils de tranchant ("émoutures").
A venir ...


"Le plus difficile n'est pas de savoir mais d'accepter." Moi.


Dernière édition par Le Yéti le Dim 19 Avr - 16:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://antre-yeti.forumactif.org
Le Yéti
Admin
avatar

Messages : 490
Date d'inscription : 07/12/2014
Age : 45
Localisation : Bordeaux.

MessageSujet: Re: Géométrie couteaux et lames.   Mer 15 Avr - 13:53

Géométrie du manche.

Un manche bien conçu doit permettre de tenir fermement, confortablement et précisément son couteau et ce dans toutes les prises possibles : lame en haut ou en bas (prise de combat), tranchant vers le bas ou le haut, prise moyenne (normale) haute ou basse.

2 archétype de couteau "à tout faire" à titre d'illustration.

Buck 124 "Frontiesman".


Ontario RAT7.


Garde, fausse garde.

Jouons sur les mots :
Garde = Grande languette en haut du manche qui retiendra largement les doigts pour les empêcher de glisser sur la lame.
EX : celle du bas sur le Buck.
Demi garde (ou par abus de langage "fausse garde") = moignon de garde (1/2 ou 1/3 seulement).
Exemple : celle du haut sur le Buck.
Fausse garde = simple creux dans le manche (mais qui bloque bien le doigt à condition de tenir fermement le couteau) comme sur le RAT7 ou embryon de garde (de quelques mm) comme sur un tanto.

L'absence de garde basse est dangereux car même si l'on tient mal le couteau, qu'on le laisse flotter dans la main, en cas de pépin, une garde (entière) arrêtera quand même la main.
Une garde haute accrois bien sûr la sécurité mais n'est pas véritablement utile. En revanche elle gênera voir empêchera certaines prises hautes ou par le dos de la lame.

NB : Une garde courbée vers l'avant (la lame) présente le risque que la main s'ouvre et glisse par dessus mais elle permet d'y prendre appuis avec le pouce et surtout n'accrochera rien (vêtements, peau) lorsqu'on retirera le couteau après l'avoir planté.


La poignée.

Comme pour un étau, dans une main fermée il y a un "mors fixe" (la paume) qui assure la stabilité et la position de la prise et un mors mobile" qui lui ne fais qu'assurer le serrage et donc le placage contre le "mors fixe".
La partie importante du manche est donc son milieu côté paume. Il doit parfaitement épouser la paume de la main qui lui donne sa puissance et le calera, le stabilisera, dans la main.

Plus un couteau "bascule" vers l'avant (tranchant), plus il gagne en puissance.
Au niveau de la poignée, cela peu s'obtenir en augmentant l'épaisseur de :
- la partie basse du manche, là ou repose l'annulaire.
- La partie haute du manche ou repose le pli entre le pouce et la paume.

Creuser ou affiner l'autre côté de ces parties (sous l'index ; sous le muscle du bas la paume) permet de "dégager" le couteau.On gagne alors en maniabilité mais on perd également un peu en contrôle.

Il est ainsi tout à fait possible de réaliser un couteau à la fois pour faire de grandes tranches en courbant la lame vers l'arrière et en compensant cette perte de puissance en -grosso modo- galbant le manche "à l'envers".

Remarque pratique :
Les grandes paluches seront souvent plus à l'aise avec des manches de section dite plate (PLate, ex RAT7 ou même ovalisée) tandis que les mains plus petites préfèrerons souvent des formes dites rondes (Arrondis ou carrés comme sur le Buck).


Le point d’équilibre (centre de gravité du couteau).

Sa "bonne" place dépend de ce que l'on attend du couteau.

Lorsque le centre de gravité du couteau se confond avec celui du poing qui le tient, l’équilibre est parfait mais ce qui ne veut pas dire correct !
On ne ressentira alors plus qu'une partie seulement du poids réel du couteau. C'est également idéal pour la maniabilité et le contrôle (si le manche est bien dessiné).

Décaler ce centre de gravité vers le pommeau fait perdre de la puissance mais rends le couteau plus réactif aux mouvement, ce qui peut le rendre très difficile à manier.

Déplacer le point d'équilibre confère plus de puissance au couteau  (essentiellement par inertie) mais lui donne aussi du balourd et le rend plus pénible à manœuvrer puisque son poids est en porte à faux.

Le "meilleur" compromis se situe généralement dans la plage de 1,5/2cm en avant ou en arrière de la garde.


Pommeau, mitres, talon et dragonne.

Les mitres sont les petites plaquettes métalliques fixées (ou taillées dans la masse) aux extrémités de la poignée. Si elles protègent les plaquettes composant la poignée, tout comme le pommeau, elles servent avant tout à définir l'équilibre du couteau.

En absolu, le pommeau est une pièce que l'on vient fixer au bout du manche ; plus généralement, cela désigne toute l'extrémité du manche (côté auriculaire) et sert à ajuster l'équilibre du couteau.

Un pommeau peut également être conçu pour pouvoir cogner auquel cas on lui donnera le nom de l'outil idoine : le marteau.

Enfin, l'extrémité du manche (et toujours pour les puristes il ne s'agit pas du pommeau mais désigne simplement d'une forme particulière) peut avoir une sorte de garde "à l’arrière" dont j'ai oublié le véritable nom mais prosaïquement appelé le "bec de perroquet" (Cf Buck 127).
Cette forme de pied de biche est extrêmement utile car d'une part elle sécurise le couteau dans la main (qui risquera beaucoup moins de s’échapper vers l'avant) et permet en plus (elle est sensé être dessinée pour) de tenir le couteau en "prise à deux doigts" à sa toute extrémité afin d'augmenter grandement le débattement du couteau lors des frappes à la volée.

La dragonne à deux fonctions :empêcher le couteau de voler si on le lâche malencontreusement et l'empêcher de glisser dans la main lorsque l'on plante la lame dans un matériaux résistant.
Sont (gros) inconvénient est qu'elle risque d'accorcher les branchages et autres obstacles (poignée de porte, etc.) selon où et comet le couteau est porté.

NB : les gants ...
Le rôle d'un gant est de protéger la peau QUE du froid, de la sécheresse, des frottements 'ampoules, corne), des écorchures, etc. mais pas de véritablement protéger la main.
Protéger la main est l rôle du gantelet qui lui est en métal !

Beaucoup diront que le port des gants est "obligatoire" pour la sécurité. C'est en grande parti faux et très discutable pour le reste.
Normalement un couteau est au moins de qualité convenable et correctement et affuté ;c'est sensé être un outils efficace est conçu pour une seule chose : couper ! Donc hormis des gants spécialement faits pour (Kevlar ou autre), en cas d'accident, il ne feront que limiter la casse (ce qui peut néanmoins faire une grosse différence) mais ne protégerons pas les mains autant qu'on peut le penser, surtout avec de grosses lames (17cm et plus).
De plus, le toucher, le ressenti, est très important pour le maniement du couteau. Or avec des gants, vous aurez par manque de perception un moins bon contrôle de votre couteau ce qui veut dire travail moins précis (ou demandant plus de concentration) et risque accrue de mauvais geste et donc d'accident.


Ricasso, passe doigt, repose pouce.


"Le plus difficile n'est pas de savoir mais d'accepter." Moi.
Revenir en haut Aller en bas
http://antre-yeti.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Géométrie couteaux et lames.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Géométrie couteaux et lames.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Lames de Combe proposent leur aide
» [Sort du feu et du métal]Épées Ardentes de Rhuin et Lames...
» Transporteur et cargo Eldar Noir
» Lames sorcières
» [Commanderie] Avilliers - Ordre des Lames

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'antre du Yéti :: Section publique. :: Parlons MATOS :: Taillanderie (Couteaux)-
Sauter vers: