L'antre du Yéti

Forum philosophique (et survivaliste) PRIVÉ mais accessible à ceux qui ont les pieds sur Terre et la tête dans les nuages.
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Derniers sujets
» AMÉLIORATION DU FORUM
Mer 13 Déc - 13:32 par Arminius von Teutoburg

» Trabus & Arminius Modos
Ven 15 Sep - 6:18 par Le Yéti

» FORMES ET TYPES DE COUTEAUX
Mar 12 Sep - 13:56 par Arminius von Teutoburg

» LE COUTEAU
Lun 11 Sep - 17:02 par Arminius von Teutoburg

» INDEX ALPHABÉTIQUE
Mar 5 Sep - 5:47 par Le Yéti

» LA SERPE
Sam 2 Sep - 17:50 par Arminius von Teutoburg

» LE CISEAU À BOIS
Sam 2 Sep - 17:43 par Arminius von Teutoburg

» HUMOUR
Lun 28 Aoû - 16:03 par Trabus

» Choix PERSONNEL d'un calibre.
Ven 18 Aoû - 13:46 par Arminius von Teutoburg

» État technique du forum.
Ven 18 Aoû - 12:45 par Arminius von Teutoburg

» Hache : Husqvarna ou Wetterlings ?
Ven 12 Aoû - 8:37 par Arminius von Teutoburg

» Les différentes armes que j'ai testées
Lun 11 Juil - 18:05 par Trabus

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 9 le Sam 14 Fév - 20:24

Partagez | 
 

 LA SCIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arminius von Teutoburg

avatar

Messages : 348
Date d'inscription : 27/04/2015
Age : 64
Localisation : Île de France

MessageSujet: LA SCIE   Sam 18 Juil - 18:07

Textes et illustrations de l'auteur.

LA SCIE




La scie, telle que nous la connaissons, fut inventée voici environ 5 000 ans par les Égyptiens, mais il fallut attendre le Moyen Âge pour voir apparaître la scie à métaux.

La scie est l’outil permettant de débiter rapidement toutes sortes de matériaux en grande quantité.
Contrairement à la hache, ses coupes sont nettes et précises, sans perte importante de matière ; en effet, le trait de scie n’a que la largeur de voie de la denture.
Bien que la scie soit surtout un outil de charpenterie et de menuiserie, nous l’avons classée parmi les outils de bûcheronnage, car elle sert également à l’abattage.
Elle est irremplaçable pour la réalisation d’assemblage à mi-bois parfaitement ajustés.

CHOIX
Le modèles de scie les plus couramment utilisés pour des activités de plein air est celui dit à bûches.

Il est composé d’une monture métallique : le cadre ; on le choisira de préférence de forme trapèze, car sa capacité de coupe est plus grande que la forme delta. En revanche, cette dernière est plus adaptée aux coupes peu profondes, comme celles des mi-bois.


Capacité de coupe
On appelle capacité ou profondeur de coupe, l’épaisseur de matériau que la scie peut couper sans retournement de la pièce. Elle est limitée par la hauteur de la monture. On constate que la scie à monture en delta ne remplit cette condition qu’en un seul point, malgré une longueur de coupe égale.

Types de lame
Pour l’abattage et le débitage des bois tendres ou en sève, il est plus rationnel d’utiliser une lame à denture américaine.
En revanche, pour les bois durs et secs il est préférable d’utiliser une lame à denture relevée.
Enfin, une lame à denture couchée est plus pratique pour des coupes de précision, ainsi qu’avec des bois de section carrée ou rectangulaire dits : bois équarris.


Bien sûr, il n’est pas toujours évident de connaître à l’avance quelles catégories de bois on rencontrera. Dans le doute et malgré quelques difficultés de transport et des manipulations délicates, il est souhaitable de se munir d’une lame supplémentaire possédant une autre denture, afin d’en changer en cas de besoin.


TENUE DE LA SCIE & ÉTUDE DE MOUVEMENT
Il faut tenir la scie le plus près possible de la lame. Idéalement, le bras est dans son prolongement, afin de transmettre le maximum de mouvement et d’énergie.

Pour obtenir un sciage efficace, performant et rapide, on utilise toute la longueur de la lame. Certains s’évertuent à scier en utilisant seulement une courte portion de lame ; c’est aberrant, car la scie à bûche est équipée d’une lame de plus de soixante centimètres.
Le mouvement doit être régulier et sans à-coups. La scie doit « chanter » dans le bois et non « gémir ». Ce chant est comparable à un ronflement : rrrr, zzzz, rrrr, zzzz. Il a été remarquablement interprété dans le film : « La vache et le prisonnier ».

On rencontre parfois des difficultés de mouvement dans certains bois durs, riches en nœuds, à fil enchevêtré ou contrarié. Dans les bois résineux, la résine amalgamée à la sciure coince la lame dans le sillon qu’elle a creusé. On y remédie en la huilant ou en la graissant. On utilisait autrefois une couenne de lard non salé, car le sel facilite la corrosion.

Éviter les rotations du poignet lors du sciage : transmises à la lame, elles vont la tordre ou la coincer dans le trait de scie, voire la casser, si elle est très chaude.

Les bois présentant des difficultés de sciage sont réunis dans un tableau (cf. Table des performances technologiques du bois.).


PROCÉDÉS DE COUPE
Lorsque l’on doit couper un matériau en deux, il ne faut jamais le faire entre appuis, mais en bout.
En effet, il y a perte de matière dans le trait de scie : le poids de la pièce le resserre au fur et à mesure de la pénétration de la lame, finissant par l’y bloquer. Au contraire, lors de la coupe en bout, ce même poids élargit le trait de sciage. Toutefois, en fin d’opération, la masse de la partie coupée la fait tomber : la quantité de matière restant à couper est trop faible pour lui résister. Cette chute arrache le bois avec perte de matière en sifflet de la partie restante, ou l’écuisse*. On évite ce désagrément en soutenant l’extrémité coupée en fin de sciage, ou en prévoyant une contre-coupe.
On comprend donc ici tout l’intérêt d’un chevalet de sciage ou biquette.
Sur les illustrations montrant comment limiter le sciage en profondeur, le bois est figuré en section carrée pour une meilleure lisibilité. Cependant, il ne faut jamais utiliser une scie équipée d’une lame à denture américaine sur des bois équarris. La grande taille des dents fait sauter la lame sur l’arête au moment d’entamer la coupe. Elle risque d’entailler la main qui tient la pièce sur le chevalet et provoquer de graves blessures. Les scies à denture couchée du genre égoïne sont préférables pour ce type de bois.

N. B. On effectue toujours les coupes de précision à l’extérieur des traits de marquage, car une fois la matière ôtée, il est aléatoire d’en rajouter.
*ÉCUISSER, v. tr. Lorsque le tronc d’un arbre se fend ou éclate au moment où il s’abat : il s’écuisse.


ENTRETIEN
AFFÛTAGE
La réfection du tranchant des dents d’une scie est assez aisée : il faut simplement respecter les angles. En revanche, seul un professionnel (ou toute personne expérimentée) saura enseigner l’avoyage.

Les illustrations représentent un avoyage moyen.




La voie est l’écartement alternatif des dents d’une scie à droite et à gauche (une sur deux) ; elle se fait sur les deux tiers de la hauteur de la dent. Sa largeur varie avec la précision de coupe souhaitée :
— pour une coupe très précise, ajouter à la lame un quart de son épaisseur ;
— pour une coupe précise, ajouter à la lame une moitié de son épaisseur ;
— pour une coupe peu précise, ajouter à la lame trois quarts de son épaisseur.

GRAISSAGE
La lame n’étant pas peinte, il faut donc la graisser dès que la scie n’est plus utilisée ou avant de l’entreposer. Le graissage facilitant la coupe ne suffit pas. Autrefois, les anciens utilisaient une couenne de lard non salé.

PROTECTION PARTICULIÈRE
Par très grands froids, la monture métallique peut coller à la main de l’utilisateur. On évite ce désagrément en enroulant du ruban adhésif toilé (identique à celui pour guidons de vélos), sur le cadre au-dessus du point d’attache avant. Du côté du levier de tension, on glisse sur la monture un morceau de chambre à air. Pour changer la lame, il suffit de déplacer ce tube de caoutchouc pour actionner le levier.

TRANSPORT
Le transport de la scie hors d’une malle ou d’une caisse pose toujours quelques difficultés, car la lame est dangereuse et déchire les sacs. La fabrication d’un protège-lame semble la meilleure solution pour éviter les accidents.
On peut aussi se fabriquer un protège-lame en bois.





AUTRES SCIES
Il n’est pas toujours pertinent de s’encombrer de la grande scie à bûches, surtout pour des activités de courte durée ; le ramassage du bois suffit amplement aux besoins de la sortie et, s’il est nécessaire d’en couper, on utilise de préférence une hachette. Pour des installations légères, l’usage d’une scie s’avère parfois indispensable : un modèle pliant de jardinier rendra les services souhaités. Si les activités sont spécialement consacrées à l’enseignement du froissartage, la grande scie à bûches est évidemment indispensable.
Il existe un outil encore plus léger : la scie-fil ou scie-commando. Elle est mise en œuvre par deux utilisateurs, ou si l’on est seul, tendue sur une branche comme la corde d’un arc.
Contrairement à ce qu’on pourrait penser, il ne s’agit pas d’un gadget commercial ; bien qu’elle ne remplace pas une scie traditionnelle, elle est réellement efficace et rend beaucoup plus de services que son apparente fragilité laisse supposer. La seule contrainte de son utilisation est qu’elle chauffe vite : elle doit donc refroidir souvent.
Depuis quelques années, certains détaillants proposent une scie appelée TRONCMANU® (acronyme formé des apocopes des mots tronçonneuse et manuelle) par l’importateur. Composée de maillons dentés ayant l’aspect de ceux d’une chaîne de bicyclette, cette scie est très efficace : la coupe s’effectue sur trois points. Inconvénient, sa manipulation exige une certaine force physique.
La technique des coureurs des bois demeure intéressante, bien que le transport de la lame en toute sécurité soit malaisé.


Pour quelques très gros travaux, on met parfois en œuvre la grande scie passe-partout ou la tronçonneuse à chaîne. Mais réservé aux professionnels, leur emploi sort du cadre de cet ouvrage.

SÉCURITÉ
La main tenant la pièce de bois pendant la coupe doit se tenir la plus éloignée possible de la lame.
Pour tous transports, la lame doit être protégée. On peut la retourner éventuellement sur le cadre, mais cette opération demande des manipulations délicates.
— Le port de gants de protection est vivement recommandé, au moins sur la main n’actionnant pas la scie.
Revenir en haut Aller en bas
Pelerin031



Messages : 289
Date d'inscription : 07/12/2014
Age : 63

MessageSujet: Re: LA SCIE   Sam 18 Juil - 23:14

Pour les scies pliantes ou fixe du même type, je privilégie l'affutage japonais qui permet la coupe en tirant.

ça permet de ne pas tordre la lame pour les débutants et le sciage en tirant est plus efficace.

Perso, j'ai la scie de trappeur de 80 cm et la fixe à une poignée de 50 cm et j'utilise principalement la fixe qui permet presque de tout faire.

Pour la protection anti-rouille, j'utilise du suif, c'est un mélange de graisse de bœuf et de mouton et c'est excellent même pour les lames de couteau et les étuis en cuir.
Revenir en haut Aller en bas
Le Yéti
Admin
avatar

Messages : 495
Date d'inscription : 07/12/2014
Age : 45
Localisation : Bordeaux.

MessageSujet: Re: LA SCIE   Lun 20 Juil - 11:47

Question scies, je ne me suis pas embeté : une scie à buche 53cm (avec 2 lames de rechanges pour l'instant) et une "scie à plâtre" à double tranchant dont j'ai en plus affuter l'extrémité.

Leroy Merlin, 8€

Les deux sont légers, très efficaces et pratiques.


"Le plus difficile n'est pas de savoir mais d'accepter." Moi.
Revenir en haut Aller en bas
http://antre-yeti.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA SCIE   

Revenir en haut Aller en bas
 
LA SCIE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Scie cloche 30mm
» La scie cloche et vous...
» acquisition d une scie plongeante
» Dingbats
» [XBLA][Steam] Limbo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'antre du Yéti :: Section publique. :: Parlons MATOS :: Taillanderie (Couteaux)-
Sauter vers: