L'antre du Yéti

Forum philosophique (et survivaliste) PRIVÉ mais accessible à ceux qui ont les pieds sur Terre et la tête dans les nuages.
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion
Connexion
Nom d'utilisateur:
Mot de passe:
Connexion automatique: 
:: Récupérer mon mot de passe
Derniers sujets
» AMÉLIORATION DU FORUM
Sam 16 Sep - 17:40 par Arminius von Teutoburg

» Trabus & Arminius Modos
Ven 15 Sep - 6:18 par Le Yéti

» FORMES ET TYPES DE COUTEAUX
Mar 12 Sep - 13:56 par Arminius von Teutoburg

» LE COUTEAU
Lun 11 Sep - 17:02 par Arminius von Teutoburg

» INDEX ALPHABÉTIQUE
Mar 5 Sep - 5:47 par Le Yéti

» LA SERPE
Sam 2 Sep - 17:50 par Arminius von Teutoburg

» LE CISEAU À BOIS
Sam 2 Sep - 17:43 par Arminius von Teutoburg

» HUMOUR
Lun 28 Aoû - 16:03 par Trabus

» Choix PERSONNEL d'un calibre.
Ven 18 Aoû - 13:46 par Arminius von Teutoburg

» État technique du forum.
Ven 18 Aoû - 12:45 par Arminius von Teutoburg

» Hache : Husqvarna ou Wetterlings ?
Ven 12 Aoû - 8:37 par Arminius von Teutoburg

» Les différentes armes que j'ai testées
Lun 11 Juil - 18:05 par Trabus

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 9 le Sam 14 Fév - 20:24

Partagez | 
 

 LE COUTEAU

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arminius von Teutoburg

avatar

Messages : 345
Date d'inscription : 27/04/2015
Age : 64
Localisation : Île de France

MessageSujet: LE COUTEAU   Lun 11 Sep - 13:08

LE COUTEAU
CHOIX
Garder à l’esprit que le couteau, lame emmanchée, a sa forme quasi définitive depuis sont invention, il y a a environ 45 000 ans. Le cinéma a créer des mythes : Jim BOWIE et plus récemment RAMBO, ces personnages sont encombrés d’un couteau surdimensionné et surtout très lourd, peu pratique pour un usage normal. Les gros modèles ont leur raison d’être pour les aventuriers et dans certaines régions où ils servent plus d’outil de campement que d’arme. L’usage quotidien que l’on en fait doit inciter à un peu plus de réalisme. En effet, personne n’a jamais vu un chirurgien opérer au sabre de cavalerie ni un hussard charger au bistouri. Donc, il faut en choisir un dont les dimensions et le poids correspondent davantage à ses besoins. Celui que l’on utilise en plein air sert évidemment à couper une foule de choses, cependant il doit correspondre, le plus possible, aux usages que l’on en fera. Certains sont très spécialisés, couteau à légumes ou à fruits, couteau à huîtres, etc. Ceux-là ne nous intéressent pas ici. Voir les couteaux de survie.

Quelle longueur de lame ?
La bonne longueur de lame se situe entre cinq et dix centimètres. Cinq est un peu juste. Pourtant, l’auteur a toujours sur lui un petit couteau pliant doté d’une telle lame, il lui rend des services inestimables.
Quelle forme de lame choisir ?
Sur le tableau des formes de lames, les deux premières ont plus leur place dans la poche d’un voyou, car elles sont conçues davantage pour percer que pour couper, de plus leur pointe est très fragile. Les trois suivantes sont des formes plus fonctionnelles que l’on rencontre du couteau de cuisine jusqu’au couteau savoyard. Le plus connu est l’Opinel®, d'ailleurs la forme de sa lame est une synthèse des trois. La forme dite : yatagan, est réservée aux couteaux auvergnats dont le plus célèbre est le Laguiole®.
ATTENTION, sa pointe est assez fragile. La forme de sa lame rappelle peut être celle du sabre turc, en réalité, cela ne correspond à rien dans l’histoire de la coutellerie. Au musée des Antiquités Nationales de Saint Germain en Laye, on peut voir que ce profil est connu depuis l’âge de bronze. La dernière lame présentée, dite en pied-de-mouton, que certains préconisent, a les inconvénients illustrés par la figure ; par contre, son tranchant droit est très apprécié des marins .









Ne figurent pas parmi les silhouettes, les pointes « mousses » (arrondies) des coteaux de table. Cette forme fut imposée pour éviter que les convives se curent les dents avec et les débordements des onversations à « couteaux tirés ». Sont aussi absents, les tantos dont la connaissance du grand public est récente et est quelque peu un attrait pour l’exotisme dont on fit une mode.  

Quelle largeur de lame ?
Une lame en dessous de quinze millimètres de large est peu pratique et manque de souplesse, car son manque de largeur sera compensé par une épaisseur plus importante afin de lui conserver une certaine rigidité. Le couteau sert aussi à tartiner, une lame plus large facilite cette opération.

MATÉRIAUX
LA LAME
De nos jours, on utilise deux types d’aciers pour la fabrication des lames de couteaux.

1. Les aciers au carbone.
Employés depuis l’âge de fer, ils ont des qualités tranchantes incomparables. Ils demandent un entretien soigneux, car ils sont très sensibles à la corrosion. Leur affûtage est facile.
Il y a une trentaine d’années l’auteur possédait un petit Opinel qu’il affûtait très finement sur la pierre d’un lavoir ou sur le fond d’une cruche en grès, d’ailleurs n’importe quelle pierre dure faisait l’affaire.
2. Les aciers inoxydables.
Ils sont beaucoup plus durs que ceux au carbone. Obtenir une qualité de coupe équivalente demande un savoir faire certain. Ces aciers, ont l’avantage de ne nécessiter pratiquement pas d’entretien et leur tranchant dure plus longtemps.
ATTENTION ! Dans certaines conditions, stockage en milieux humides ou marins, ils peuvent aussi se corroder.
LE MANCHE
Pour la fabrication des manches on utilise toutes sortes de matériaux, des plus ordinaires aux plus luxueux. Le bois, utilisé depuis le Paléolithique, reste encore le plus avantageux et le plus économique, sauf bien sûr quand il est précieux.



QUALITÉS DU COUTEAU :
—  solide ;
—  léger ;
— bon marché. Il est préférable de perdre un couteau valant quelques dizaines de francs, que quelques centaines, voire quelques milliers ;
—  facile à entretenir.


Celui qui rempli le plus ces conditions est : ce bon vieil Opinel®.


UTILISATIONS CORRECTES
Son utilisation est tellement familière qu’il n’est pas indispensable de trop s’y étendre. Il faut cependant veiller à respecter des règles élémentaires de sécurité.

]b]SÉCURITÉ [/b]
— Toujours bloquer la lame en position ouverte au moyen de la virole. Sinon, la lame peut se refermer sur les doigts.
— Toujours travailler en éloignant de son corps, le tranchant et la pointe.
— Il ne doit y avoir personne devant la lame.
— Les déplacements, même sur courte distance, se font avec le couteau fermé.

— Ne jamais lancer son couteau pour le planter dans un arbre ou jouer à la carotte (pichenette) : l’arbre est vivant ; le couteau peut se perdre ou se casser ; on peut se blesser ou blesser quelqu’un. (Cf. La hachette, le commentaire sur les Sioux).


CE QUE LE COUTEAU N’EST PAS :
—  un tourne-vis ;
—  un ouvre-boite ;
—  une pelle ou une pioche.





ENTRETIEN
Ne jamais chauffer la lame du couteau elle se détremperait et perdrait toutes ses qualités.
Le logement de la lame dans le manche est régulièrement nettoyé avec une curette en bois.
HUILAGE
Mettre de temps à autre une goutte d’huile dans la virole et sur le pivot de la lame.


AFFÛTAGE
Quelque soit la forme de l’émouture, l’angle du tranchant formé par les côtés de la lame fait environ 20 °. Sur chaque face, on veillera à maintenir la pierre sous un angle de 10 ° pendant l’affûtage. Un angle trop fermé fragilise le tranchant.

TRANSPORT
Dans les poches s’accumulent des débris divers, quand le couteau y est transporté, ils viendront encrasser le logement de la lame, cet inconvénient est évité par le port dans un étui . On peu l’acheter ou le fabriquer.



S'il est dépourvu d'une bélière ou d'un trou pour y passer une dragonne s'en improviser une avec un piton fermé



COUTEAUX MULTI-PIÈCES
Ils sont très pratiques, mais plus il y a de pièces, plus elles sont petites et moins elles sont efficaces. Des pièces trop petites ne remplissent que très rarement les fonctions pour lesquelles elles ont été conçues ; sauf, si on veut traîner un couteau de plusieurs kilos.
Pour les installations le couteau sert surtout à tailler les chevilles et quelques longueurs de ficelle ou de cordage.
Donnons le mot de la fin à BADEN-POWELL, le fondateur du scoutisme, qui savait ce qu’est un couteau, il disait :
« Pour être heureux, ayez un couteau qui coupe bien et rendez chaque jour un service à un ami. »

COUTEAU DIT DE SURVIE
Le meilleur est celui que vous aurez ou que vous aurez su vous fabriquer si vous êtes confrontés à cette situation. Il faut garder à l’esprit que vous aurez les mêmes besoins qu’à l’ordinaire. De surcroît, ils dépendent de la région où on se trouve.
Le commerce et les publicités vantent des couteaux spectaculaires qui sont la solution miracle à tous les problèmes… sur les vidéos. S’il n’est pas interdit de se faire plaisir en satisfaisant ses fantasmes, ils ne sont en rien magiques. L’important est de bien s’en servir.
Les couteaux à manche creux, ou façonné en douille, contenant des petits objets « indispensables » paraissent séduisants. Les distraits peuvent perdre leur contenu et quant à la possibilité d’y introduire une hampe pour les transformer en épieu ou en harpon, mieux vaut ne pas y penser. Fichés dans un gros animal, qu’on ne tuera pas du premier coup, cette hampe peut se briser, le couteau reste solidement planté dans l’animal qui s’enfuit avec et adieu le seul objet coupant qu’on possède. S’il n’est que blessé, il peut se retourner contre le chasseur. Même si vous avez la chance de le récupérer, sil a hampe est cassée au ras du manche, il sera ardu d’en retirer le moignon qui y est coincé. S’il contenait les indispensables ci-dessus, où les ranger ensuite ?
Les gros couteaux de camp ont une certaine polyvalence en se substituant, sans vraiment les remplacer, à certains outils : serpe ; hachette ; machette ; plane ; coin à fendre (technique du bâtonnage) ; pied de biche ; battoir ; marteau ou pilon s’ils ont un pommeau massif ; pelle rudimentaire ; etc. Ils sont presque toujours pourvus d’une garde traversière ou d’un quillon gênants pour racler une peau.
Il ne faut pas non plus leur en demander plus que ce pourquoi ils sont faits. Tout casse si on y met les moyens suffisants.
Ceux qui ne connaissent que les couteaux de table, ont intérêt à se familiariser avec les autres et à leurs usages.
USAGES COURANTS D'UN COUTEAU UTILITAIRE :
1. Couper :
— bois fin ;
— ficelle ;
— fromage ;
— fruits ;
— légumes ;
— pain ;
— peau animale ;
— papier :
— saucisson ;
— textiles ;
— viande ;
2. Étaler :
— beurre ;
— confiture ;
— pâté.
4. Curer.
5. Écorcer.
6. Gratter.
7. Lisser.
8. Percer.
9. Raboter.

Pour la plupart des tâches usuelles, on constate que la longueur de la lame est égale ou à peine supérieure ou inférieure à celle du manche. Plus une lame est longue, plus elle perd en précision, en maniabilité et ne gagne pas forcément en force.
Liste de couteaux, non exhaustive :
— à agrumes ;
— à beurre ;
— à cran d’arrêt ;
— à dépouiller ou à écorcher avec ou sans crochet à peau ;
— à désosser ;
— à éplucher dit « économe » ;
— à filets (pour le poisson) ;
— à fromage ;
— à fruits (ou à dessert) ;
— à huîtres ;
— à jambon ;
— à la d’Estaing ;
— à ouverture automatique ;
— à pain ;
— à parer ;
— à pied ;
— à plume (ne sert plus depuis l’invention de la plume métallique et du stylo à bille) ;
— à poisson ;
— à surgelés ;
— à trancher ;
— de chasse ;
— de camp ;
— de combat ;
— de plongée ;
— de poche, pliant, à une ou plusieurs pièces ;
— de sommelier
— de table ;
— de tranchée ;
— de traite ;
— d’office.

Toutes ces spécialisations nous les demandons parfois à un seul, c’est pourquoi nous devons rester logique dans notre choix en privilégiant l’activité principale.
Revenir en haut Aller en bas
Le Yéti
Admin
avatar

Messages : 495
Date d'inscription : 07/12/2014
Age : 45
Localisation : Bordeaux.

MessageSujet: Re: LE COUTEAU   Lun 11 Sep - 15:47

Arminius von Teutoburg a écrit:

Garder à l’esprit que le couteau, lame emmanchée, a sa forme quasi définitive depuis sont invention, il y a a environ 45 000 ans. Le cinéma a créer des mythes : Jim BOWIE et plus récemment RAMBO, ces personnages sont encombrés d’un couteau surdimensionné et surtout très lourd, peu pratique pour un usage normal.

J'adore le mythe Bowie car il illustre à merveille les croyances infondées et les contresens.
La partie incurvée du contre-tranchant, typique d'un Bowie, n'est précisément pas sur le cahier des charges établit par Jim Bowie.
Quant à la large garde, elle est venue beaucoup plus tard.

Voici le véritable Bowie original, offert par Rézin Bowie à son frêre James ...


Et oui ! On est bien loin du couteau Rambo. Mort de rire.
Normal, à l'époque la coutellerie était fonctionnelle et rudimentaire. Les couteaux de survie, bushcraft, trappeur ou que sait-je encore n’existaient pas. Les gens dont les pionners se contentaient d'un couteau de boucher parfois modifié car c'étaient les seuls gros couteaux facilement trouvables dans le commerce.


Et pour le couteau de survie, en choix perso mon cœur balance entre un mastoc Beker BK2 et un ... Mora !
Le Mora est quasiment aussi polyvalent, mieux sur certaines tâches, moins sur d'autres mais surtout trois fois plus léger. Le tout est de l'utiliser de la bonne manière ...

Car un couteau de survie, c'est avant tout un couteau de terrain et au delà de toutes ses belles promesses sur le papier, même si elles sont tenues c'est le résultat final, toutes considération confondues, y compris celles annexes, qui définira sur plusieurs jours le verdict.


"Le plus difficile n'est pas de savoir mais d'accepter." Moi.
Revenir en haut Aller en bas
http://antre-yeti.forumactif.org
Arminius von Teutoburg

avatar

Messages : 345
Date d'inscription : 27/04/2015
Age : 64
Localisation : Île de France

MessageSujet: Re: LE COUTEAU   Lun 11 Sep - 17:02

En effet, le bowie original est proche du acón argentin, du touthpick de l'Arkansas, inspirés eux-mêmes des scramasaxes et des dagues médiévales.

Comme je le répète, le meilleur couteau de survie est celui qu'on a, si on en possède un, quel qu'il soit, quand ça arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE COUTEAU   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE COUTEAU
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tir/Magie de suppression d'appoint: couteau-suisse ou gadget
» GDT couteau couleurs spécial.
» [RESOLU]Amélioration Couteau Hypnos
» [Résolu]makro couteau et poche de poison
» pic osteon+ ou couteau plume ??

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'antre du Yéti :: Section publique. :: Parlons MATOS :: Taillanderie (Couteaux)-
Sauter vers: